“Santé: Le pari de l’innovation” . Le Rapport de l’Institut Montaigne, huit propositions

Rapport Montaigne Sante Innovaiton

Rapport_innovation_en_sante

Une ambition au service de nos finances publiques et de notre compétitivité

La santé et la qualité des soins constituent l’une des préoccupations majeures des Français

Le besoin d’innovation en matière de santé est très important, notamment pour les pathologies chroniques ou rares pour lesquelles il existe surtout des produits d’accompagnement et peu de traitements curatifs ou capables d’inverser le cours de la maladie (maladies neuro-dégénératives, diabète, hypertension, maladies respiratoires, etc.). Les innovations liées aux nouvelles technologies telles que les biotechs, les nanotechnologies, la génomique ou encore la e-santé laissent envisager des progrès majeurs dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies.

Les industries de santé emploient 4,6 % des effectifs de l’industrie française et génèrent annuellement un chiffre d’affaires de 75 milliards d’euros. Si jusqu’à présent, le secteur de la santé a été porteur pour l’industrie de notre pays, rien n’est acquis pour le futur tant les cartes vont être rebattues sous les effets conjugués de l’innovation et de l’essor des pays émergents dans ce secteur. Déjà, le Brésil, l’Inde et la Chine développent des capacités de recherche et développement (R&D) et de production qui concurrencent les équipes de recherche et les usines implantées en France. Les exemples suisses, israéliens ou encore danois montrent également que des petits pays peuvent développer un secteur de santé particulièrement performant.

Les besoins croissants des populations en matière de santé et les capacités d’innovation de ce secteur rendent plus que jamais nécessaire la structuration d’un tissu industriel compétitif. La santé est fréquemment identifiée comme un des secteurs les plus porteurs de l’économie française : selon le rapport Gallois9, il s’agit d’un des trois secteurs – avec les technologies génériques et la transition énergétique – devant faire l’objet d’une attention particulière. Cette ambition a été réaffirmée lors de la réunion d’installation du Comité stratégique de filière (CSF) des industries et technologies de santé : « La filière santé est donc une filière stratégique pour la France, une filière d’avenir, qui emploie 200 000 personnes de manière directe et concerne 100 000 emplois indirects. L’excellence des chercheurs et ingénieurs français nous permet d’ambitionner la meilleure place mondiale pour cette industrie ».

Le potentiel de la France dans le secteur de la santé est immense. Il est lié à son histoire médicale et à la structuration de son système de santé, mais semble aujourd’hui remis en cause. L’innovation médicale est pourtant un facteur majeur d’amélioration de la santé et peut permettre une offre de soins plus efficiente et une prise en charge globale du patient plus performante. Le foisonnement des innovations médicales des dernières années fait face aujourd’hui à un contexte économique et réglementaire contraint et de plus en plus prégnant, rendant difficile l’accès au marché de solutions médicales innovantes.

En interrogeant les personnes impliquées dans les innovations – industriels, créateurs d’entreprises, investisseurs, acheteurs pour le compte d’établissements hospitaliers, dirigeants de structures de valorisation, hauts fonctionnaires – le groupe de travail réuni par l’Institut Montaigne a identifié les obstacles principaux qui entravent le développement du secteur

Afin de répondre à ces défis et de faire de la santé un véritable secteur industriel stratégique au bénéfice de l’ensemble de la population, l’Institut Montaigne formule dans ce rapport huit propositions concrètes pour favoriser une innovation au service de nos finances publiques et de notre compétitivité.

Extrait de la présentation du rapport